1093Dans cet article issu d’une intervention au colloque Penser l’émancipation (Nanterre, février 2014), Simona de Simoni propose de mobiliser la catégorie de « vie quotidienne » dans une perspective féministe : envisagé sous l’angle des théories de la reproduction sociale et des revendications qu’elles ont pu alimenter (notamment celle du salaire domestique), le quotidien apparaît non seulement comme un espace de valorisation capitaliste, mais aussi comme un enjeu stratégique pour les luttes anticapitalistes et antisexistes contemporaines.

I. Introduction

Dans cet article, je voudrais proposer une lecture féministe de la « critique de la vie quotidienne », ou peut-être une effraction féministe dans la « critique de la vie quotidienne ». La formule, comme on le sait, fait référence à un projet d’analyse de grande envergure élaboré par Henri Lefebvre entre la fin des années 1940 et le début des années 1980. L’expression « vie quotidienne », toutefois, ne constitue pas uniquement une référence lefebvrienne : elle revient régulièrement dans la pensée du XXe siècle. Comme l’a notamment montré John Roberts dans un ouvrage important intitulé Philosophizing the Everyday. Revolutionary Praxis and the Fate of Cultural Theory1, le développement de la catégorie de « vie quotidienne » dessine une vaste fresque, qui comprend la politique culturelle léniniste, les philosophies de la praxis, la psychanalyse et les avant-gardes artistiques. Avant de connaître une énorme diffusion – mais souvent aussi une dépolitisation – au sein des cultural studies, la problématique de la vie quotidienne paraissait pourtant inséparable de la formulation d’un programme contre-culturel et d’un projet politique général et révolutionnaire.

Aujourd’hui, à partir de perspectives théoriques hétérogènes, on assiste à une ré-exploration de différentes conceptions politiques du quotidien. Par exemple, en ce qui concerne la critique lefebvrienne, on peut compter d’importantes actualisations dans le paysage de la critique postcoloniale et du féminisme transnational2. À l’intérieur de cet horizon de recherche et à partir d’une conception de la catégorie de « vie quotidienne » comme « notion expérimentale » et d’une interprétation de la critique du quotidien comme « conceptualisation générative », suivant une suggestion d’Elizabeth Lebas3, je tenterai d’en mettre en évidence l’efficacité théorique et pratique, dans une perspective féministe.

Lire la suite sur Période.