Fille, j’suis une fille ou du moins c’est ce qu’on m’a dit, on m’a collé un joli F au cul et sur mon acte de naissance, c’est sûr, on a maté mon sexe à la maternité, un petit coup d’œil rapide et c’est parti pour toute une vie ki disent. Ça a l’air con comme ça, on mate ton entrejambe et on se te dit que tu devras mettre ton corps en valeur, être la plus belle possible, mettre des jupes s’il le faut, laisser pousser tes cheveux, être féminine, être hétéra, pondre des gosses... C’est con quand t’y penses, un petit coup d’œil et tu gagnes un kit à vie, soit tu gagnes un F, soit un M. Et point barre, c’est sans compromis, entre les 2, poubelle, chirurgie, réassignation, scalpel et point de suture, ça arrange disent les médecins et autres psychoconNEs. C’est plus simple, c’est propre, ordonné. Rien à voir, laisser passer. C’est la Nature ki disent, mais moi, la Nature, j’y crois pas, j’pratique pas cette religion, je me la colle au cul, la Nature, on en reparlera si je la croise un jour, mais d’ici là, je mangerai sans doute les pissenlits par les racines. Et puis, elle est belle leur prétendue Nature quand tu choisis pour quelqu’unE son sexe à coups de reconstruction acharnée, à coups de couteau, eh, pardon de scalpel et d’injection dans le fessier. Tu seras une fille, mon bébé, la preuve, t’as un vagin et ça, c’est important ki disent, bon ok, le tien, c’est le médecin qui te l’a un peu bidouillé mais bon sinon on savait pas de quelle couleur décorer ta chambre, intersexuéE ki z’ont dit, bouhhhhh, quelle horreur, heureusement, on sait le réparer, sinon, houlà quel foutoir, pas de prénom, pas de repère, pas de frontière, pas de carcans, pas facile pour les parents, houlàlà, pas facile pour la machine à stéréotyper, pas de case pour les entre-deux. Allez les F et les M à la pouponnière, les Autres, au bloc opératoire, tu vas voir c’est pour ton bien, le bien de la société héteronormée oui, mon bien, mon bien, mais tout le monde s’en fout, la preuve, qui m’a demandé mon avis sur cette question... ? Ha, c’est vrai, je parlais pas encore et c’était urgent, pas l’temps d’attendre, les robots-réassignateurs t’ont déjà choisi un sexe et ça n’a pas été simple, c’était le chantier là-bas, en bas, pas vraiment normal ki disent et puis bouhhh, pas beau, pas beau du tout même. Mais bon, j’m’égare, j’suis pas passé par la case poubelle, j’avais tout ce qui fallait apparemment pour qu’on dise oh, le jolie petite fille !! Un F sur mon acte de naissance et j’ai gagné un kit rose, youpi, j’ai rien choisi, bienvenue parmi nous, ah le beau bébé, ah c’est une fille, oh quelle est mignonne, boudou, boudou !!!!!!!!! Et hop, paqueté, ficelé, envoyé c’est pesé !!! Tu seras une femme mon bébé, tu choisis rien, c’est comme ça, c’est la Nature ki disent. Mais oups là, bon, ok j’ai un vagin, mais qu’est-ce que ça change ?? Ah plein d’trucs........ ah ok le sexe ça fait qu’on a des cerveaux qui pensent pas pareil, les F à droite, les M à gauche, toi t’es 1 et moi j’suis un 2 et ensemble on doit produire un autre 1 ou une autre 2, en espérant que tout fonctionne bien pour elle/lui, pas d’intersexuéE, sinon, attention chirurgie, attention punition, attention réassignation !!! Ah bon, alors, j’suis un F, un 2, alors j’suis une fille, poil ô kiki, ô zizi que j’ai pas, alors j’dois m’résigner au complexe de castration pour accepter ma féminité ki dit papa Freud, Sigmund pour les intimes. Houlà, j’ai la tête qui tourne, pleins de tucs à savoir, à faire, à penser, à assimiler, à ne pas dire, pour être une femme digne de ce nom, de ce titre, faut pas déconner avec les étiquettes, sinon, attention peut-être t’es fou/folle, bon pour l’hôpital, ah on t’en donne une autre d’étiquette, c’est écrit "anomalie" dessus, merde alors, faut pas déconner. Sauf que déconner, moi j’aime ça. Et je le fais même tout les débuts de mois, un petit coup de testo en intramusculaire dans la fesse. Non, je ne me suis pas résigné à être une fille, une femme, ah bah, merde, alors, tu veux être un mec. Hé bien pas vraiment, remerde alors, t’es ni un 1, ni une 2, comment tu vas faire, j’comprends pas, mais pourquoi, mais comment, mais quoi, mais où est donc passé ornicar. Entre mes jambes, je regarde mon clito grandir, crâne rasé, voix qui mue, poils qui poussent, seins qui disparaissent, corps qui change...
Interrogations, point de suspensions. Si j’t’dérange, détourne les yeux.

A mutant female.

Texte extrait de "mutant at work #2 / le zine caca rose" disponible sur le net sur le site: http://mutants-at-work.net/ ainsi que dans le dernier numéro de No Pasaran "dossier queer" (#51, sept.2006)